L’Anglais…le TOEIC…what ?!

L’autre jour je flânais dans les rues de Rouen, en écoutant les Beatles, ne prêtant que peu d’attention aux personnes autour de moi. Un bref instant plus tard, au beau milieu de « twist and shout », j’ai clairement entendu mon prénom. Surpris, je me suis retourné pour appercevoir Alban, un ami en école d’ingénieur.
- « Hey Alban, comment vas-tu ? Alors ces exams ?
- Et bien, j’ai presque terminé, il ne me reste plus que le TOEIC.
- Tu dois avoir combien ?
- 750, comme toutes les écoles d’ingénieur.
- Tu le sens bien ? »

Petit silence. Sentant que j’avais touché un point sensible, notre discussion porta rapidement sur autre chose. Profitons-en pour faire un arrêt sur image, quel est ce test qui fait trembler pas mal d’étudiants à Rouen ? (Et ils n'y a pas que les ingénieurs…).

Alors, LE fameux TOEIC (Test Of English for International Communication), permet d’évaluer le niveau d’Anglais des non-anglophones, tant à l’oral qu’à l’écrit, il se compose de plusieurs parties blablabla… « ON SAIT TOUT CELA, me direz-vous, on l’a lu sur Wikipédia… Ce qui nous intéresse c’est comment on fait pour avoir une excellente note ! ».


Pour cela pas de mystère, il faut le préparer ! Et oui, Le TOEIC ne se présente pas comme ça, en touriste les mains dans les poches (même pour quelqu’un qui a passé du temps en pays anglophone)…dommage! Mais que faire ?! Le TOEIC, se prépare avec sérieux, (pas la veille à minuit comme pour le partiel de civilisation de la fac…).

Mais le plus important est qu’il existe des cours spécialisés dans sa préparation (Elle est pas belle la vie ?!) L’un des facteurs clé pour le réussir, outre le niveau d’Anglais et la motivation, c’est une bonne, que dis-je, une excellente préparation, avec des cours de qualité, comme chez Victoria’s English Center (petite touche de neutralité éditoriale...).

Pour terminer, après c’est promis je ne vous embête plus, ce fameux TOEIC est bien plus qu’un simple test, c’est un véritable plus pour votre CV, il booste votre carrière et est reconnu internationalement…Alors, heureux ?